L'hygiène domestique

L’hygiène domestique est capitale dans un pays où la population passe plus de 75% de son temps à domicile. En effet, la maison regorge d'endroits propices à la contamination et au développement microbien.

Une classification récente fait ainsi apparaître quatre types de dangers de contamination, en fonction des facteurs incriminés. On retrouve :

  • les pièces et endroits humides de la maison, où se développent préférentiellement les microbes. On y trouve les siphons, les cuvettes des WC, les éviers, les égouttoirs… Ces sites sont très fréquemment colonisés mais une décontamination à intervalles réguliers suffit à limiter le risque microbien.
  • les ustensiles utilisés pour le nettoyage, sur lesquels vont se développer les micro-organismes. Éponges, serpillières, gants et serviettes de toilette, torchons et brosses en font partie. En permanence contaminés et humides, ils favorisent le développement et sont des vecteurs extrêmement importants de contamination croisée, de par leur utilisation commune à tous les membres de la famille. Le risque de contamination étant élevé, ils nécessitent une décontamination très fréquente, voire après chaque utilisation.
  • les surfaces en contact avec les mains ou la nourriture. Vecteurs puissants de contamination croisée, elles recueillent et disséminent tous les types de germes. Les surfaces uniquement en contact avec les mains sont : les poignées de porte, les lunettes de WC, les baignoires, les téléphones… Les surfaces en contact avec les mains et la nourriture sont : les planches à découper, les plans de travail, les réfrigérateurs, les ustensiles de cuisine ...
  • les autres surfaces. Cette dernière classe permet d'intégrer les sols, les tapis, les surfaces des salles à manger et des chambres, le mobilier et les différents objets moins exposés à la contamination.